LES IMPLANTS DENTAIRES – Clinique Dentaire Palmiers
 

FICHES CONSEILS
LES IMPLANTS DENTAIRES

—-

LA BARRE DE RÉTENTION SUR IMPLANTS

Chez les porteurs d’un appareil complet (dentier), une barre de rétention vissée sur des implants permet de diminuer la taille de l’ appareil, de l’empêcher de bouger et de soulager les gencives.
 

Dessin Nobel Biocare

Dessin Nobel Biocare

Dessin Nobel Biocare

Dessin Nobel Biocare
 
Maxillaire supérieur :

Maxillaire du haut édenté.

Maxillaire du haut édenté.

Pose de 4 implants.

Pose de 4 implants.
 
 

Barre vissée sur les 4 implants.

Barre vissée sur les 4 implants.

Appareil complet du haut. Les cavaliers viendront cliper l'appareil. La surface de recouvrement du palais est réduite.

Appareil complet du haut. Les cavaliers viendront cliper l’appareil. La surface de recouvrement du palais est réduite.
 
Maxillaire inférieur :

Barre vissée sur 4 implants au maxillaire inférieur.<br>La stabilité est considérablement améliorée et la mastication est très satisfaisante. De plus la barre évite le phénomène de tassement de l'appareil dans le temps.

Barre vissée sur 4 implants au maxillaire inférieur.
La stabilité est considérablement améliorée et la mastication est très satisfaisante. De plus la barre évite le phénomène de tassement de l’appareil dans le temps.

Barre vissée sur 4 implants au maxillaire inférieur.<br>La stabilité est considérablement améliorée et la mastication est très satisfaisante. De plus la barre évite le phénomène de tassement de l'appareil dans le temps.

 

—-

LES BOUTONS-PRESSIONS SUR IMPLANTS

Une solution simple, rapide et moins onéreuse que la barre de rétention.

 

Ils permettent une protection de la prothèse contre les forces de retrait et de soulèvement.
Cet appareil complet du bas est instable. En revanche, il est satisfaisant d'un point de vue esthétique. Il est possible de conserver cette prothèse et de la stabiliser par 2 boutons pressions vissés dans 2 implants.
Cet appareil complet du bas est instable. En revanche, il est satisfaisant d’un point de vue esthétique. Il est possible de conserver cette prothèse et de la stabiliser par 2 boutons pressions vissés dans 2 implants.
Vue de la mâchoire inférieure. L'insuffisance de crête ne permet pas une bonne stabilisation de l'appareil.
Vue de la mâchoire inférieure. L’insuffisance de crête ne permet pas une bonne stabilisation de l’appareil.
 
 
Radiographie de la mâchoire inférieure.
Radiographie de la mâchoire inférieure.
Radiographie après la pose de 2 implants.
Radiographie après la pose de 2 implants.
 
 
La partie mâle du bouton pression qui sera vissé dans l'implant.
La partie mâle du bouton pression qui sera vissé dans l’implant.
La partie femelle du bouton pression qui sera intégrée dans l'appareil. Cette partie femelle viendra clipper la partie mâle.
La partie femelle du bouton pression qui sera intégrée dans l’appareil. Cette partie femelle viendra clipper la partie mâle.
 
 
Implants vue de dessus.
Implants vue de dessus.
Deux mois après la pose des implants, les parties mâles sont vissées dans chaque implant.
Deux mois après la pose des implants, les parties mâles sont vissées dans chaque implant.
 
 
Vue de près d'une partie mâle.
Vue de près d’une partie mâle.
L'appareil a été creusé à l'intérieur en face des implants pour recevoir les parties femelles.
L’appareil a été creusé à l’intérieur en face des implants pour recevoir les parties femelles.
 
 
Les parties femelles sont solidarisées à l'intérieur de l'appareil.
Les parties femelles sont solidarisées à l’intérieur de l’appareil.
Le clipage des parties femelles assurera une très bonne rétention.
Le clipage des parties femelles assurera une très bonne rétention.
 
 
Sourire satisfait du patient.
Sourire satisfait du patient.

—-

LA GREFFE OSSEUSE PRÉ-IMPLANTAIRE

Le développement de l’implantologie expose de plus en plus souvent l’implantologiste au problème de l’insuffisance de capital osseux chez certains patients.

Pour les plus motivés, il est possible de proposer différentes techniques de reconstruction osseuse maxillaire permettant de les implanter dans des conditions satisfaisantes.Le prélèvement osseux

Il se fait au niveau du crâne, du menton, du Ramus ou de la hanche.
Dans certains cas, quand il n’y a pas une grosse perte de substance, on évite le prélèvement en utilisant des matériaux synthétiques ou d’origine synthétique, bovine ou humaine.

1. Les comblements sous-sinusiens

Ils sont indiqués dans les insuffisances osseuses en hauteur des secteurs postérieurs au maxillaire supérieur.

Le sinus est une cavité qui après la perte des dents prend une place importante dans le maxillaire supérieur (un peu comme un trou dans un morceau de gruyère).

Pour placer l’implant (vis en titane) on comble partiellement cette cavité.

Actuellement, on utilise de plus en plus des matériaux synthétiques pour les comblements sinusiens.

Avant le comblement.

Avant le comblement.

Après le comblement. Il n'a jamais été noté une quelconque perturbation de la physiologie sinusienne.

Après le comblement. Il n’a jamais été noté une quelconque perturbation de la physiologie sinusienne.
 
2. Les greffes d’apposition Elles sont indiquées dans les insuffisances d’épaisseur.

Avant.

Avant.

Greffe sur la paroi externe de l'os.

Greffe sur la paroi externe de l’os.
 

CONCLUSION

  • Le prélèvement osseux ne constitue pas un acte chirurgical majeur. Sa durée de réalisation est de 40 minutes en moyenne. et il nécessite une hospitalisation variant de 24 à 48 heures.
  • Les techniques de greffes osseuses maxillaires en chirurgie pré-implantaire permettent d’accroître les indications d’implantation chez les patients motivés qui présentent un déficit osseux maxillaire. Le matériau de référence reste l’os autogène, essentiellement  mentonnier ou au niveau de la dent de sagesse inférieure.
  • Ces techniques doivent être maniées avec prudence, par un chirurgien rompu aux techniques de prélèvement et de greffe osseuse et susceptible d’assumer les éventuelles complications infectieuses qu’elles peuvent entraîner.

—-

QU’EST-CE-QU’UN IMPLANT ?

L’implantologie dentaire : c’est la fixation dans l’os d’une racine artificielle en titane qui, émergeant de la gencive supportera une dent (ou élément) prothétique. Le succès est obtenu d’une part avec des investigations radiologiques très précises (scanner) et d’autre part grâce à l’application d’une méthode rigoureuse.

MISE EN PLACE DE L’IMPLANT

Cette phase consiste à ouvrir la gencive et à insérer l’implant dans l’os. La gencive est ensuite refermée autour de l’implant laissant dépasser une vis.

Une période d’attente permet l’OSTEOINTEGRATION, elle varie de 2 à 4 mois. L’os vient coloniser l’implant pour y adhérer fortement. Une prothèse provisoire peut être mise en place pendant cette période.

L’implant peut ne pas s’ostéointégrer, il devient mobile et douloureux, il faut impérativement l’enlever. On attendra plusieurs semaines de cicatrisation et on pourra alors reposer un autre implant.

Plusieurs facteurs d’ordre général peuvent empêcher cette intégration dans l’os:
-un diabète trop important non équilibré
-une mauvaise hygiène dentaire
-une consommation importante de tabac: à partir de 15 cigarettes par jour, le risque d’échec est multiplier par 3.5

Trois dents sont manquantes au maxillaire inférieur.

Trois dents sont manquantes au maxillaire inférieur.

Trois implants sont posés dans l'os et mis en nourrice pendant 3 à 5 mois.

Trois implants sont posés dans l’os et mis en nourrice pendant 3 à 5 mois.
 
L’intervention dure entre 1h et 1h30 selon le nombre d’implants. Dans la plupart des cas, elle est simple et non traumatique. Elle se fait sous anesthésie locale. Les fils sont retirés à 8 jours.
 
Après l’ostéointégration, les implants sont prêts à recevoir la prothèse.

Pose des inlay-cores (pièce intermédiaire) vissés dans le corps de l'implant.

Pose des inlay-cores (pièce intermédiaire) vissés dans le corps de l’implant.

Pose du bridge de 3 éléments scellé sur les inlay-cores.

Pose du bridge de 3 éléments scellé sur les inlay-cores.
 

Dans certains cas, il peut être nécessaire de réaliser une chirurgie parodontale (greffe, réaménagement de la gencive autour de l’implant) afin d’améliorer l’esthétique. Il peut aussi y avoir un deuxième temps opératoire que l’on appelle « mise en fonction »: lors de la pose de l’implant dans l’os, la gencive est refermée par dessus de manière à le laisser en  » couveuse  » pendant 2 à 4 mois.

LA PROTHESE SUR IMPLANT

Une empreinte permettra de reproduire d’une façon très précise sur un modèle de laboratoire, la position des implants.

A partir de ce modèle, le laboratoire de prothèse réalise la dent artificielle qui sera vissée soit directement sur l’implant, soit scellée sur une pièce intermédiaire (inlay-core).

Voici l’illustration en image:

Il manque la première molaire inférieure.

Il manque la première molaire inférieure.

Il manque la première molaire inférieure.

Il manque la première molaire inférieure.
 
 

L'implant est posé, la gencive est refermée autour de l'implant.

L’implant est posé, la gencive est refermée autour de l’implant.

Radiographie montrant l'implant posé.

Radiographie montrant l’implant posé.
 
 

Deux à quatre mois plus tard, l'inlay core est vissé dans l’implant....

Deux à quatre mois plus tard, l’inlay core est vissé dans l’implant….

... et la couronne est scellée sur l’inlay core.

… et la couronne est scellée sur l’inlay core.
 
 

Radiographie montrant l'implant en place avec l'inlay-core et la couronne.

Radiographie montrant l’implant en place avec l’inlay-core et la couronne.
 

Principales indications des implants dentaires

Remplacement d'une dent unitaire (pas de mutilation des dents voisines)

Remplacement d’une dent unitaire (pas de mutilation des dents voisines)

Remplacement d'une dent unitaire (pas de mutilation des dents voisines)

 
 

Remplacement d'une dent unitaire (pas de mutilation des dents voisines)

 

Remplacement d'une dent unitaire (pas de mutilation des dents voisines)

 
 

Remplacement de plusieurs dents manquantes par un bridge sur implants (évite l'appareil amovible) (dessins Nobel Biocare)

Remplacement de plusieurs dents manquantes par un bridge sur implants (évite l’appareil amovible) (dessins Nobel Biocare)

Remplacement de plusieurs dents manquantes par un bridge sur implants (évite l'appareil amovible) (dessins Nobel Biocare)

 

Les implants peuvent servir à stabiliser un appareil amovible au maxillaire supérieur comme au maxillaire inférieur.

Deux techniques sont possibles:

  • la barre de rétention
  • les boutons pressions

La chirurgie implantaire est actuellement bien codifiée. Les taux de succès sont très élevés et augmentent sans cesse avec les progrès de la recherche.

Dans tous les cas, le résultat définitif dépend du savoir faire du chirurgien et de sa connaissance approfondie du territoire implantable, mais aussi des facteurs locaux (quantité et qualité de l’os) et généraux (pouvoir de cicatrisation et état de santé du patient).

En cas de déficit osseux et pour les plus motivés, une greffe osseuse permettra de résoudre le problème de l’insuffisance de capital osseux .

Il est possible de proposer différentes techniques de reconstruction osseuse maxillaire permettant de poser des implants dans des conditions satisfaisantes.

—-

LE FILM DE L’AVENTURE IMPLANTAIRE

Une dent est manquante. Elle a été extraite avec sa racine.

 

 
Une dent est manquante. Elle a été extraite avec sa racine.
Une dent est manquante. Elle a été extraite avec sa racine.
La chirurgie en un temps:<br>L'implant est posé. Une vis de cicatrisation émerge de la gencive. Dans certains cas, de plus en plus rares, l'implant est complètement enfouie sous la gencive, ce qui nécessite alors un deuxième temps opératoire. <br><br>
La chirurgie en un temps:
L’implant est posé. Une vis de cicatrisation émerge de la gencive. Dans certains cas, de plus en plus rares, l’implant est complètement enfouie sous la gencive, ce qui nécessite alors un deuxième temps opératoire.
 
 
Premier temps prothétique: <br>Pose de l'inlay-core implantaire vissé dans le corps de l'implant.<br>
Premier temps prothétique:
Pose de l’inlay-core implantaire vissé dans le corps de l’implant.
Deuxième temps prothétique:<br>Pose de la couronne sur l'inlay-core.<br>
Deuxième temps prothétique:
Pose de la couronne sur l’inlay-core.

—-

IMPLANTS DENTAIRES : VOS QUESTIONS, NOS RÉPONSES

L’implantologie dentaire a connu un essor considérable depuis ces dernières années. De plus en plus de patients bénéficient de prothèses sur implants.

Les implants sont-ils devenus la solution incontournable pour le remplacement des dents absentes ?

Ce n’est pas la solution incontournable, mais quand cela est possible, c’est la solution à privilégier.
Cette technique permet d’éviter les bridges qui nécessitent la mutilation de dents saines et permet aussi de remplacer les appareils amovibles par une prothèse fixe.

Il manque une incisive centrale

Il manque une incisive centrale

L'implant est posé. Contrairement au bridge, il n'y a pas de mutilation des dents voisines.

L’implant est posé. Contrairement au bridge, il n’y a pas de mutilation des dents voisines.
 
 

Mise en place de la couronne sur l'implant. Très bon résultat esthétique

Mise en place de la couronne sur l’implant. Très bon résultat esthétique
 

Pourquoi le remplacement des dents manquantes par des implants n’est-il pas systématique ?

Il y a 4 raisons :

– la considération financière : la thérapeutique implantaire a un coût et il faut pouvoir l’assumer.

– les problèmes de santé contre-indiquant une intervention chirurgicale ( diabète non stabilisé, déficit immunitaire, certains problèmes cardiaques, etc.)

– les contre-indications d’ordre locale, comme l’insuffisance d’os. Dans certains cas, cette insuffisance peut être gérée par des techniques de régénération osseuse.

– l’absence de motivation du patient.

 

Le tabagisme est-il une contre-indication ?

Le fumeur présente généralement de l’artériosclérose qui est un épaississement de la paroi des artères entraînant un ralentissement de la circulation sanguine.
Le tabagisme  peut aussi provoquer une hyperviscosité du sang. Un sang visqueux circule moins facilement. Ces deux causes entraînent une réduction du débit sanguin. Or, c’est le sang qui contribue à l’ostéo-intégration ( cicatrisation osseuse autour de l’implant ) par l’apport d’éléments spécifiques.

La viscosité est recherchée lors de l’analyse de sang : c’est l’hématocrite (taux de globules rouges exprimé en pourcentage du volume total du sang) .

La valeur normale de l’hématocrite est de 40 à 45%.

Si l’hématocrite est au dessus de la valeur normale, le fumeur présente une hyperviscosité qui s’ajoute à la réduction du diamètre des vaisseaux. Dans ce cas, le sang circule moins bien et l’apport des éléments contenus dans le  sang nécessaires à la prise de l’implant est donc diminué. La pose d’implant est alors contre-indiquée.

Si l’hématocrite est normale, la pose d’implant n’est pas contre-indiquée.

 

Quels sont les risques médicaux ?

Dans la plupart des cas, les implants sont posés sous anesthésie locale au cabinet dentaire. Les risques médicaux sont ceux de la chirurgie dentaire en général. Sur un patient en bonne santé, il n’y a pas plus de risques que pour une extraction.
 

Quels sont les obstacles anatomiques (zones à ne pas léser) ? 

Ils sont différents entre le maxillaire supérieur et le maxillaire inférieurMaxillaire supérieur :

Le maxillaire supérieur est un os présentant une importante cavité remplie d’air : le sinus maxillaire situé au dessus des molaires et prémolaires.

Le principal risque est  l’effraction de ce sinus par un  forage trop profond.
Ce n’est pas grave. Dans la majorité des cas, la cicatrisation joue son rôle. Il n’y a aucune conséquence post-opératoire.

Quand il n’y a pas suffisamment d’os, on peut combler partiellement le sinus avec des matériaux de substitution.

 

Maxillaire inférieur :

Le principal obstacle anatomique est le nerf dentaire inférieur (NDI) qui chemine à l’intérieur de la mandibule, de la dent de sagesse jusqu’à la canine.
Cet élément anatomique ne doit pas être lésé. Les conséquences peuvent être très génantes pour le patient.
En effet, ce nerf assure la sensibilité des dents, d’une partie de la cavité buccale, et de l’hémi-lèvre inférieure du même côté. Sa lésion peut provoquer des hypo-sensibilités temporaires ou définitives de la lèvre inférieure et de certaines dents.Les risques sont donc plus importants au niveau du maxillaire inférieur que du maxillaire supérieur.

L’examen scanner permet de repérer ces obstacles et de mesurer la hauteur d’os disponible.

Le Nerf Dentaire Inférieur (NDI) chemine à l'intérieur de l'os.

Le Nerf Dentaire Inférieur (NDI) chemine à l’intérieur de l’os.

Les 2 molaires sont absentes. La hauteur osseuse disponible est matérialisée par la flèche.

Les 2 molaires sont absentes. La hauteur osseuse disponible est matérialisée par la flèche.
 

Combien de temps faut-il attendre pour avoir une nouvelle dent ?

Le délai entre la pose de l’implant et la réalisation de la prothèse est généralement compris entre 2 à 3 mois.
Dans certaines conditions et s’il s’agit en particulier d’une dent antérieure, on peut poser un implant et mettre une dent provisoire dans la même séance, de façon à ce que le patient ne soit jamais édenté.
 

Y a t’il des échecs ?

Le 100% de succès n’existe pas.
Le taux d’échec ne représente que 5% des implants posés. Cette statistique est valable dans le monde entier.En cas d’échec, on remplace l’implant qui n’a pas pris par un autre. Ce deuxième implant reposé au même endroit que le premier a de nouveau un taux de succès de 95%.
 

Quelle est la durée de vie d’ un implant ?

Un implant  ostéo-intégré peut le rester à vie. Certains implants posés il y a plus de 20 ans  ne présentent aucun signe de faiblesse. On peut imaginer que ces implants pourraient avoir une durée de vie bien au delà. En revanche, la prothèse fixée sur l’implant peut se détériorer au fil des ans. Il faudra donc la changer de la même façon qu’une prothèse sur dent naturelle.
 

Quelle marque d’implant doit-on me poser ?

L’implantologie est en pleine expansion et c’est un marché très attractif pour les fabricants. Ils sont de plus en plus nombreux.
Il y a les fabricants précurseurs dont les plus connus sont : Straumann (Suisse), Nobel Biocare (Suède), 3i (Etats-Unis), Astratech (Suède), etc.Aujourd’hui de nouvelles marques envahissent le marché.

Quelque soit la marque, le matériau est le même : le titane.

Les seules différences entre les marques sont :

– l’état de surface de l’implant qui constitue un élément important par le contact os-implant qu’il définit. En fonction de l’état de surface, l’ostéo-intégration est plus ou moins rapide.
– « l’accastillage » qui est l’ ensemble des pièces qui vont servir à réaliser la prothèse. Cet accastillage est conçu avec plus ou moins d’ingéniosité par les fabricants.

Tous les implants norme « CE » mis sur le marché ont un état de surface compatible avec une bonne ostéo-intégration.

 

Pourquoi un praticien choisit une marque plutôt qu’une autre ?Il y a de nombreuses raisons :

– certains praticiens préfèrent utiliser les marques d’implants qui ont fait leur preuve depuis plus de 30 ans.
– d’autres praticiens font confiance à de nouveaux implants (ancienneté moins de 10 ans).
– d’autres privilégient l’accastillage.
– exc.etc. Quelque soit la marque, le taux de succès est toujours le même : 95%
 

Je dois refaire ma prothèse sur implant chez un autre dentiste ?

C’est un problème important que nous rencontrons de plus en plus. Les patients voyagent, déménagent, changent de praticien et l’on voit arriver dans nos cabinets des patients dont les implants sont parfaitement ostéo-intégrés, mais dont la prothèse est à faire ou à refaire. L’implant est comme une « cheville » dans laquelle vient se visser la pièce prothétique. Malheureusement le « pas de vis » à l’intérieur de l’implant varie d’un système à l’autre. En conséquence, pour refaire une prothèse sur implant, il est nécessaire de connaître les références de l’implant posé et les coordonnées du fabricant qui fournit les pièces prothétiques.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il peut arriver que :
– le patient ait perdu les références de ses implants.
– le cabinet dentaire qui a posé les implants n’existe plus.
– le fabricant des implants et des pièces servant à faire la prothèse n’existe plus.Dans la plupart des cas, le dentiste saura gérer la situation. En effet, il existe une compatibilité des pièces prothétiques entre différentes marques d’implants.

Dans certains cas, assez rares, où il n’existe plus de compatibilité des pièces prothétiques avec un autre système, il est nécessaire de retirer l’implant, d’en attendre la cicatrisation osseuse avant d’en reposer un autre.

Doit-on obligatoirement poser les implants dans un bloc opératoire ?

La réponse est : NON.
La grande majorité des implants sont posés dans les cabinets dentaires.
Plusieurs enquêtes ont montré que le taux de succès entre la pose d’implants au cabinet dentaire et la pose d’implant dans un bloc opératoire est le même.
Les chirurgiens-dentistes qui posent des implants dans leur cabinet sont équipés de façon à réaliser un contexte stérile
pour éviter une contamination du site chirurgical.
La pose d’implants dans le cabinet dentaire permet la prise de radio de contrôle en per-opératoire.

Environnement stérile réalisé dans un cabinet dentaire.

Environnement stérile réalisé dans un cabinet dentaire.
 
En conclusion :L’implantologie est une technique fiable qu’il faut privilégier.
Les obstacles anatomiques sont gérés par les examens radiologiques pré-opératoires.
Tous les implants mis sur le marché, certifiés norme « CE » ont la possibilité d’obtenir une ostéo-intégration.
Vous devez conserver les références des implants qui vous ont été posés.
[bold_timeline_item_button title= »Expand » style= » » shape= » » color= » » size= »inline » url= »# » el_class= »bold_timeline_group_button »]

Share and Enjoy !

0Shares
0 0