CHIRURGIE ORTHOGNATHIQUE

Qu’est ce que la chirurgie orthognathique ?
La chirurgie orthognathique est la chirurgie orthopédique des mâchoires, c’est une branche de la chirurgie maxillo-faciale.
Elle permet de remettre les mâchoires en bonne position lorsqu’il existe un décalage entre celles-ci qui ne peut être amélioré par le seul traitement orthodontique (parce qu’il est trop important ou bien parce qu’il n’a pu être corrigé quand le patient enfant était encore en période de croissance).

La chirurgie va donc permettre :
– D’améliorer l’occlusion dentaire, c’est-à-dire l’engrènement entre les dents
– D’améliorer la mastication et la respiration
– De rééquilibrer le visage puisque le relief cutané va « suivre » le déplacement osseux
Pratiquée depuis de nombreuses années, cette chirurgie est extrêmement bien maîtrisée par les chirurgiens maxillo-faciaux. Chez les adolescents, elle est le plus souvent réalisée lorsque la croissance osseuse est achevée.

Dans quels cas a-t’on recours à la chirurgie orthognathique ?
On aura recours à la chirurgie orthognathique chaque fois que l’harmonie du visage est perturbée à cause d’un important décalage entre les mâchoires. Normalement les lèvres et le menton sont inscrits entre 2 lignes verticales tracées selon des repères cutanés précis.
Dans certains cas, le menton est trop en arrière, dans d’autres il est trop en avant. Parfois il existe une asymétrie faciale visible de face.

Quelles sont les étapes d’un traitement ortho-chirurgical ?

1. Le bilan initial
L’orthodontiste va réaliser un bilan orthodontique ; s’il s’agit d’un traitement ortho-chirurgical. l’orthodontiste élabore un projet chirurgico-orthodontique. Ce projet est concrétisé par le tracé d’un montage céphalométrique de prédétermination (“Set up”) (sur la téléradiographie du crâne de profil) qui sera proposé au chirurgien avec le dossier complet. Cette étude aidera le chirurgien pour le choix de l’ostéotomie. Cette prévision céphalométrique de l’intervention est corrélée à la réalisation d’une occlusion dentaire satisfaisante.
Une fois le sujet examiné par le chirurgien, et après concertation avec l’orthodontiste, le protocole chirurgico-orthodontique est établi. Le patient a compris les modalités du traitement, et, avec son accord, le traitement peut commencer.

C’est l’ampleur et la complexité du décalage qui permettront d’évaluer la longueur du traitement et le type de chirurgie (mono ou bimaxillaire en particulier).
Pour une bonne stabilité après le traitement, et, pour obtenir un équilibre facial, il est nécessaire de traiter la structure squelettique responsable de l’anomalie. Si un compromis thérapeutique, par redressement des axes dentaires est parfois acceptable, il n’est pas judicieux de traiter par l’orthodontie seulement une anomalie squelettique confirmée.
La chirurgie orthognathique exige des patients motivés.

2. Le traitement orthodontique pré-opératoire
Avant la chirurgie : l’orthodontiste devra redresser les dents de chaque arcade dentaire idéalement sur leur base squelettique ; les compensations dento-alvéolaires sont ainsi supprimés.
Ces compensations nécessitent dans certains cas de poser l’indication d’extractions de prémolaires afin d’avoir l’espace nécessaire au redressement des axes dentaires anormaux.
A la fin de cette préparation orthodontique, chacune des arcades dentaires étant redressée sur sa base, le décalage dentaire inter-arcades sera amplifié car il correspondra au décalage squelettique.
La durée de cette préparation orthodontique varie en moyenne de un an à 24 mois selon l’importance des déformations,

3. L’intervention chirurgicale
– Elle se déroule sous anesthésie générale dans un hôpital ou une clinique et a donc pour but de déplacer les os des mâchoires afin que les dents puissent « coïncider » correctement dans la position prévue par l’orthodontiste.
– L’intervention dure entre 1 et 3 heures en fonction du nombre et de la complexité des mouvements à réaliser au niveau des mâchoires.
– Les incisions sont réalisées à l’intérieur de la bouche et ne laissent donc pas de cicatrices visibles.
– Les segments osseux déplacés sont ensuite fixés les uns aux autres grâce à des petites plaques en titane qui, vissées, permettront de limiter au maximum le blocage des mâchoires après l’opération.
– Ces plaques ne sont pas visibles mais parfois palpables. Elles peuvent être laissées à vie ou bien retirées environ 1 an après l’intervention.
– L’hospitalisation peut durer de 2 à 6 jours
– Afin de faciliter la guérison et la consolidation, l’alimentation sera s’abord liquide les premiers jours, puis mixée et enfin molle.
– Après une période minimum d’une quinzaine de jours, il est possible de reprendre une activité professionnelle ou scolaire normale.

4. Le traitement orthodontique post- chirurgical
Le traitement orthodontique post- chirurgical commence dès le déblocage des mâchoires par le port d’élastiques qui relient les dents du haut à celles du bas. Ils maintiennent le nouveau positionnement des maxillaires et sont portés en général pendant 4 mois.
Le traitement post-opératoire dure au total environ 6 mois et permet l’ajustement définitif des arcades dentaires.
Avant d’enlever l’appareil, l’orthodontiste s’assurera de la bonne correction des éventuelles dysfonctions linguales préexistantes.
Les questions les plus fréquentes :
1. S’agit-il d’une opération grave ?
Non. Les patients opérés sont en bonne santé et les risques liés à l’anesthésie générale sont minimes.
L’anesthésiste sera consulté en pré- opératoire et tous les examens nécessaires seront effectués avant l’intervention.
Pratiquée depuis de nombreuses années, cette chirurgie est extrêmement bien maîtrisée par les chirurgiens maxillo-faciaux, compétents pour toute la chirurgie plastique de la face.
2. A quel âge peut-on se faire opérer ?
La chirurgie orthognathique se pratique chez l’adulte en moyenne jusqu’à 50 ans et chez les adolescents dont la croissance est terminée.
Il faut donc attendre au minimum 14/15 ans chez les filles et 17/18 ans chez les garçons.
3. Pourquoi un traitement orthodontique est-il nécessaire ?
Le déplacement chirurgical des mâchoires va induire une nouvelle position des dents entre-elles.
Celles-ci devront bien s’emboîter après la chirurgie et l’orthodontiste doit préparer les arcades dentaires dans ce but. Par ailleurs le chirurgien se servira de l’appareil pour fixer les maxillaires pendant les premiers jours post-opératoires. Ensuite le port d’élastiques sur l’appareil permet de stabiliser la correction.
4. Cette chirurgie est-elle douloureuse ?
Non, les patients ne rapportent habituellement aucune douleur après l’intervention, mais il existe généralement toujours une sensation de gêne du fait de l’œdème (gonflement du visage), qui régresse en quelques jours et disparaît en quelques semaines.

5. Peut-on manger et parler après l’opération ?
Oui. Les mâchoires, une fois déplacées, sont maintenues dans la nouvelle position à l’aide de plaques et de vis en titanes. Il est donc immédiatement possible de parler et de s’alimenter. Cependant certaines précautions doivent être impérativement prises dans les suites opératoires :
L’alimentation sera exclusivement liquide pendant la durée du blocage (15 jours), mixée pendant les 15 jours suivants, puis molle pendant la quinzaine suivante, pour ne redevenir normale que 6 semaines après l’intervention.

6. Quand reprendre une activité scolaire ou professionnelle ?
En fonction du type d’intervention, les suites opératoires autorisent habituellement une reprise scolaire ou professionnelle entre la 3eme et la 4eme semaine (Période pendant laquelle le chirurgien prescrit un arrêt de travail).
Les activités physiques quant à elles, ne pourront être reprises qu’après 6 semaines pour ce qui est des sports individuels sans risque de chute, et après 3 mois pour tous les autres sports.

7. Persiste-t-il des cicatrices visibles extérieurement ?
Toutes les incisions nécessaires sont pratiquées à l’intérieur de la bouche à distance des dents. Il n’existe donc aucune cicatrice visible après l’intervention.

8. Quels peuvent être les désagréments ?
– Œdème du visage (gonflement) : normal, il s’atténue pour disparaître en quelques jours à quelques semaines.
– Saignements : habituellement de faible importance, ils peuvent durer quelques jours.
– Limitation de l’ouverture buccale : elle est transitoire et diminue progressivement.
– Troubles de la sensibilité : plus fréquents sur la lèvre inférieure (lors d’intervention sur la mandibule) que sur la lèvre supérieure (lors d’intervention sur la mâchoire supérieure). Ils peuvent persister de quelques semaines à plusieurs mois mais diminuent progressivement.

9. Comment appréhender son nouveau visage ?
Même si vous êtes opérés pour des raisons fonctionnelles, le retentissement esthétique de l’opération est indéniable. Vous devrez vous y préparer afin d’appréhender au mieux le nouveau regard que vous porterez sur vous-même et à celui de votre entourage.

Prenez contact avec nous

Appelez-nous
+212 522 980 807
+212 522 981 702
+212 522 986 000
Envoyez-nous un email
cdpbennouna@gmail.com

Prenez rendez-vous

Réservez une visite à la Clinique Dentaire Palmiers, remplissez simplement le formulaire ci-dessous et nous vous recontacterons au sujet de l’intervention dont vous avez besoin.